CAYA : une nouvelle contraception naturelle prometteuse

Le diaphragme a été inventé en 1882 par le Dr Mesinga. Il était utilisé très fréquemment avant, mais depuis le développement des stérilets, il est beaucoup moins utilisé. Enfin une bonne nouvelle pour toutes celles qui voudraient arrêter les hormones et n’osent pas ou ne veulent pas ou ne peuvent pas porter un stérilet : le diaphragme Caya.
Il s’agit d’une cape cervicale très facile à placer dans le vagin avant les rapports sexuel.

 

On met du gel spermicide de la marque Caya dans la cupule de la cape cervicale, on la plie dans ses doigts et on l’enfile dans le vagin comme un tampon.

Une fois en place, on ne sent plus sa présence et le partenaire ne remarque rien. C’est aussi très pratique pour toutes les femmes au col fragile, porteur d’un ectropion et qui saignent pendant les rapports. Avec Caya, le sang du col est retenu dans la coupelle et le partenaire n’est pas perturbé par des saignements intempestifs.

 

Ce diaphragme a une seule taille qui convient pour 98% des femmes .

Il n’est prescrit que sur ordonnance et il doit se commander à la pharmacie . Ce n’est pas remboursé et le prix tourne autour de 34 euros . On le lave à l’eau et au savon doux. On le garde au moins six heures après le ou les rapports et on peut le mettre en place jusqu’à deux heures avant le rapport.

 

Il existe des contre indications :


  • Resserrement du tissu vaginal
  • pas dans les six semaines du post partum
  • pas chez les femmes présentant une descente d’organes ou prolapsus, car il ne tiendrait pas en place.

 

Son efficacité est équivalente au préservatif masculin.

Cela vaut le coup de connaître cette alternative au moment où on reparle des dangers vasculaires de toutes les pilules oestro progestatives et pour toutes les nullipares qui, ayant fait une infection à chlamydiae, hésitent à hypothéquer leurs chances d’être spontanément enceintes plus tard en posant un DIU qui risque de réveiller l’infection et de la faire flamber.

 

Efficacité :

La méthode a été testée avec 450 couples aux USA. Le taux de grossesse a 12 mois est de 13.7%. Index de pearl (index de l efficacité contraceptive) est comparable a l utilisation de préservatif. Selon Mimoun Sylvain l’indice de Pearl pour les diaphragmes vaginaux varie entre 1,4 (lorsque ils sont posés à chaque rapport sexuel) et 5.

 

Pour Serfaty David, le taux d’échec est de l’ordre de 5 pour 100 années-femme après 12 mois d’utilisation; le taux donné par la littérature varie entre 3,6 à 14,4 pour 100 années-femme.

 

Les études sur la fiabilité des moyens de contraception démontrent en général des résultats très différents. Le taux d’échecs dépend d’une multitude de facteurs, comme le contexte culturel, le niveau d’études, la fréquence des rapports, s’il n’y a plus de désir d’enfant ou si la prochaine grossesse est seulement repoussée. Des études américaines fixent le taux d’échec à 4-8% lors d’une utilisation correcte et régulière. Dans une étude britannique, pendant laquelle les femmes étaient particulièrement bien guidées, le taux d’échec se trouvait à 2 %.
Il est important de savoir que la fiabilité dépend de nombreux facteurs :

 

  • d’une information soignée et l’adaptation avec phase d’exercices et de contrôle
  • d’une utilisation correcte
  • d’une utilisation systématique.

Si la méthode est correctement employée l’efficacité du diaphragme est comparable aux autres moyens contraceptifs utilisés autour de 97 à 98 %.
Les échecs sont les mêmes qu’avec le préservatif, mauvaises utilisations, retraits trop précoces, taille inadéquate.

 


Avantages :
Totale innocuité, l’appareil génital de la femme est intact, c’est un moyen “écologique”. Une fois l’apprentissage bien maîtrisé, il n’y a pas de surveillance particulière, méthode réversible à tout moment, responsabilise les femmes qui maîtrisent leur contraception sans intermédiaire (hormones, cuivre, préservatifs, etc..) Pas cher, bien entretenu, un diaphragme peut servir un an.

Pour une efficacité optimale :

  • Pour les premières utilisations, il est préférable d’utiliser un autre moyen de contraception en association avec le diaphragme vaginal.
  • Le diaphragme vaginal doit être posé systématiquement avant chaque rapport, a n’importe quel jour du cycle.
  • Il faut toujours utiliser le diaphragme avec un gel
  • Le diaphragme peut être introduit dans le vagin juste avant le rapport, mais pas plus deux heures avant ce rapport.
  • La femme doit contrôler le bon positionnement du diaphragme après son introduction dans le vagin (elle doit s’assurer aux doigts que le col utérin est à l’intérieur du creux du diaphragme et que ce diaphragme recouvre bien la paroi antérieure du vagin entre le cul-de-sac postérieur et la fossette rétro-symphysaire).
  • Le diaphragme doit rester en place dans le vagin durant une durée minimale de six heures après le dernier rapport, huit heures est mieux (le délai exigé par certains fabricants). Une fois ce temps minimal est fini, le diaphragme vaginal doit être retiré.
  • Ne pas prendre de bain ou douche durant les six à huit heures après un rapport sexuel.
  • En cas de rapports sexuels consécutifs, il ne faut pas enlever le diaphragme, au contraire, il est possible de rajouter du gel spermicide à l’extérieur du diaphragme sur sa périphérie.
  • Le diaphragme peut être gardé en place dans le vagin jusqu’à 24 heures consécutives mais jamais plus, car sa présence prolongée, de plus de 24 heures peut être à l’origine de phénomènes infectieux pelviens et/ou généraux.
  • Au moment du retrait du diaphragme, il faut vérifier qu’il était bien en place dans le vagin, sinon il faut prendre une pillule du lendemain.
  • Une fois extrait du vagin, le diaphragme doit être lavé à l’eau tiède avec un peu de savon, puis séché et rangé. Le diaphragme en silicone peut être bouilli si besoin.
  • Un diaphragme en silicone bien entretenu, peut être réutilisé durant plusieurs années (certains fabricants indiquent une durée de vie de plus de 5 ans).
  • Le diaphragme vaginal ne protège pas contre les maladies sexuellement transmissibles.

L’efficacité du diaphragme est comparable aux moyens de contraception locale quand il est bien utilisé (taille adaptée, consignes d’utilisation précédentes bien respectées).

rajeunissement-vaginal

Nos coordonnées

Institut médico-chirurgical de Champel

1, rue Firmin Massot – Place Claparède
Département Gynécologie et Obstétrique Genève

Tél: 022 347 29 30

8h00h/19h – Tous les jours – 7j/7

ouvert le dimanche

Nos sites web