SOS GYNECOLOGIE, Décembre 2020 Le Prof. Dubuisson et le Dr. Jovanovic vous parlent…

MESDAMES, CHERES PATIENTES,

LE Covid-19 EST TOUJOURS LA PRIORITE SANITAIRE A CE JOUR…
ET PROTEGEONS NOUS DE LUI ET PRENONS SOIN DE NOS PROCHES !
MAIS IL NE FAUT PAS NEGLIGER LES PROBLEMES GYNECOLOGIQUES QUI SONT PEUT-ETRE URGENTS ET QU’IL FAUDRAIT TRAITER…
LESQUELS ?
Ils sont nombreux et nous n’avons pas l’intention d’en faire la liste exhaustive….
Mais nous avons noté pendant cette période de confinement, et déconfinement plusieurs urgences plus fréquentes que d’autres !

POURQUOI LES PATIENTES CONSULTENT-ELLES EN URGENCE ou DEMI-URGENCE UN GYNÉCOLOGUE A GENEVE ?

LES SAIGNEMENTS. Ils entrainent souvent asthénie, anémie, gêne, angroisse avec toujours crainte qu’il se passe quelque chose de grave…
AVANT LA MENOPAUSE :
Les saignements, quels qu’ils soient… pas tellement ceux qui sont abondants qui vont obliger à consulter en urgence pour un traitement rapide, mais plutôt les saignements qui traînent depuis plusieurs semaines, tous les jours, entrainant fatigue et anémie et aussi inquiétude.
La cause ? Début de grossesse et fausse-couche ?, Douleurs avec saignement et grossesse-extra-utérine ?, Fibrome ou polype évolutif ?, Déplacement du stérilet ?, Déséquilibre du traitement contraceptif oral ?, Endométrite ? Cervicite ? endométriose insuffisamment équilibrée ? Peur d’une salpingite ?
APRES LA MENOPAUSE Tout saignement doit être exploré à la recherche d’un cancer utérin, même s’il y a dans les antécédents une histoire de polype ou de fibrome, ou d’adénomyose…
Quoiqu’il en soit, consulter en urgence est impérative dans certaines circonstances…. Cela concerne le doute sur une grossesse extra-utérine, une fausse couche hémorragique, et absence de diagnostic sur des maux associant saignement et douleur du ventre.
Il faut prendre le problème en main et consulter… Soit c’est la véritable urgence et décider l’hospitalisation et peut-être l’opération soit il y a le temps pour faire frottis, échographie pelvienne, prélèvements bactériologiques qui sont en général prescrits. L’IRM est envisagée secondairement, cas par cas, mais indispensable en cas de doute sur un cancer utérin ou ovarien, pour préciser la topographie de fibromes, pour évaluer une endométriose pelvienne dont la gravité n’est pas encore définie…

L’INFECTION VAGINALE, peut aussi être une urgence. Souvent les patientes hésitent à consulter en raison des événements actuels…

AVANT LA MENOPAUSE
Plus la vaginite traîne, plus elle peut devenir une urgence, en raison des symptômes, dont les douleurs, d’autant qu’à côté des vaginites mycosiques, il peut y avoir une MST, en particulier une infection à chlamydia qui peut se compliquer de salpingite. C’est le même problème avec les irritations vulvaires, végétations, herpès ?
A LA MENOPAUSE ET APRES, Les irritations vulvaires et les vaginites peuvent être très algiques, même dramatiques et nécessiter un traitement urgent, parfois associées à une infection urinare. Un lichen associé ne doit pas être négligé.
Toute cystite doit être traitée pour prévenir le risque de pyélonéphrite.
LES DOULEURS. Les douleurs du ventre et du bas ventre sont une cause fréquente de consultation rapide. Le contexte actuel de la pandémie aggrave souvent le vécu de ces douleurs. L’urgence de certains cas est évidente, suspicion de torsion d’ovaire, de salpingite, de grossesse extra-utérine… Mais le contexte actuel ne doit pas faire négliger la prise en compte des douleurs chroniques qui seront d’autant plus améliorées qu’on aura fait un diagnostic et mis en route un traitement précis ou d’épreuve.
MESDAMES, CHERES PATIENTES,
L’Institut médico-chirurgical de Champel est toujours ouvert même pendant cette période difficile, et ses médecins sont à votre disposition pour vous prendre en charge, surtout en cas d’urgence gynécologique.